Accueil‎ > ‎Actualité sportive‎ > ‎

Compte rendu - 111 de Bilzen - par Maxime Pétré

publié le 24 mai 2015 à 02:53 par Tom Vandiest   [ mis à jour : 24 mai 2015 à 02:53 ]

Suivant Simon (enfin, sur place, on ne savait plus très bien qui était assez stupide pour avoir suivi l’autre), je me suis inscrit au 111 de Bilzen. Quoi de mieux pour se préparer à un semi-ironman que de nager 1km, en rouler 100 et en courir 10 quelques semaines avant ?

Conditions idéales, journée ensoleillée, un peu de vent, et nous voilà dans l’eau douce et fraiche du canal Albert (ça vaut pas Seneffe, mais quand même quelques poissons morts pour nous tenir compagnie). Le départ se faisait en 3 vagues (pour un total de 400 participants), donc pas trop de souci pour ce petit aller-retour dans le canal. Quelques nageurs qui essayaient de couper et d’éviter les bouées ont eu la surprise de me voir leur nager dessus avec le plus grand des plaisirs ! Deux virages en angle droit plus tard (merci Rudy !), me voilà hors de l’eau en 17 minutes et des poussières... Inutile de vous dire qu’il n’y avait pas tout à fait 1000 mètres.

Longue transition (un tour complet du parc à vélo en fait), un rapide coup d’œil à Simon (qui fait croire à tout le monde qu’il ne nage pas, mais qui sort quand même de l’eau peu après moi) et me voilà à enfourcher mon avion de chasse, qui, pour une fois, faisait bien pâle figure à côté des fusées entreposées dans ce parc (je n’ai pas compté les roues pleines, vélos de CLM, casques profilés, bref, on se serait cru dans une soufflerie !). Et c’est parti pour 100km le long du canal, en 3 boucles. Je décide de partir prudemment, et de ne pas tout de suite passer le gros plateau. Excellente résolution qui tiendra environ 400m, après ça, on lâche les chevaux (j’étais quand même là pour me tester, pas pour me balader !). Après 3km, première tuile, sur un des seuls passages dangereux (un changement de revêtement sur la route), mon bidon décide de sortir de son porte-bidon et a la bonne idée de se casser au sol. J’affonne vite ce qui peut l’être, et me voilà donc parti pour 55km sans boisson (idéal ! Le ravitaillement annoncé étant finalement plus loin que prévu). Mais ça ne m’effraie pas, et j’enchaine les kilomètres à vive allure, il faut dire que le parcours est plus plat que certaines de mes blagues (l’organisation annonçait 3 « klimmetjes » par tour, ce ne sont que des montées de pont pour passer de l’autre côté du canal, ne dépassant pas 100m). La première heure est terminée, et j’ai déjà « tué » plus de 36km. Idem l’heure suivante, où ma vitesse moyenne faiblit à peine (35.7). Je ne vois toujours pas Simon revenir (pour moi, ça veut dire que je fonce !), l’après-course m’apprendra qu’il aura fait toute la course à peine 1 minute ou 2 derrière moi. Comme je le pensais, je paye mes efforts au 3ème tour (pas assez bu, trop poussé, je suis pas superman non plus !). J’en ai marre (je sais pas vous, mais 100km à regarder le canal ou les arbres autour, ça fait un peu long), mais enfin me voilà délivré, je pose le vélo en 2h53 (inespéré avant la course, comme quoi l’entrainement hivernal paye !).

Transition rapide, et me voilà parti pour 10km à pied. Les jambes sont très lourdes, mais je m’accroche à l’idée de courir en moins de 45min pour rester sous les 4h de course. Vu mes progrès hivernaux à pied, ça ne me pose pas trop de problèmes, je gère bien le rythme malgré la fatigue des jambes, et je me permets le luxe de dépasser quelques cyclistes complètement cramés par l’effort à 2 roues. Le parcours, tout plat (encore !) en 3 aller/retour, me permettent de bien boire (enfin à ma soif !), et de croiser Simon 6 fois (qui était finalement très très proche de moi et aura fait la même course à quelques minutes près). Finalement, la ligne d’arrivée est déjà là (quand je vous disais que je me sentais bien à pied), et c’est au son de « highway to hell », que je franchis la ligne en 3h56.

Me voilà donc fatigué (un peu), content, rassuré avant l’été (surtout à vélo, à pied je l’étais déjà), et complètement cramé (premier tri de la saison, 4h en plein soleil, les prochains jours vont être délicats pour mes pauvres épaules…).

Next step, 20 km de Bruxelles, avec comme toujours une grosse délégation RCBTiste !