Accueil‎ > ‎Actualité sportive‎ > ‎

Triathlon de Belfort – Mon premier triathlon par Nicolas Denoël

publié le 4 juin 2018 à 12:36 par Tom Vandiest   [ mis à jour : 4 juin 2018 à 12:36 ]
Samedi 26 mai 2018. Premier triathlon de ma vie. Triathlon de Belfort distance L (1.9KM nage, 90KM vélo, 19KM CAP), un demi Ironman en gros. Ce triathlon s’inscrivait dans le cadre d’une sortie club (RCBT) à l’étranger, avant la deuxième, début août, le Triathlon de l’Alpe d’Huez. 
Ayant un peu l’impression d’avoir fait le tour du vélo et de la CAP (je sais, il reste quelques belles cyclosportives, marathons, et autres trails à effectuer), j’ai décidé en octobre 2017 de me mettre au « triple effort » et de rejoindre le RCBT. Autant, je me sens à l’aise à vélo et en CAP, autant, pas du tout en natation (je suis persuadé que c’est largement dû au fait qu’on avait pas de cours obligatoires en primaire et secondaire dans mon école). De octobre à décembre, j’assistais à 2 ou 3 séances de natation par semaine ; j’ai dû mettre cela en veilleuse en 2018 par manque de temps (et aussi, un peu par manque de volonté, je dois l’avouer). 

Je n’ai pas suivi vraiment de préparation particulière. Un mois avant, j’avais bouclé le marathon de Londres dans un super temps (2H52'10'') qui m’a mis en confiance. Après cela, je suis partis une semaine à Berlin, et à mon retour à Bruxelles, j’ai un peu délaissé le sport (beaucoup d’activités, des EVG notamment) et n’ai fait que 3-4 sorties vélo et 3-4 sorties CAP. Pour la natation, je me suis dit on verra, « ça va le faire ». Donc, je me présenterai sur la ligne de départ avec un total, depuis le 1er janvier 2018, de 9KM natation, 840KM vélo, 660KM CAP. 

La semaine précédant l’évènement, j’épluche pas mal de vidéos YouTube et de forums pour savoir comment se déroule et se prépare un triathlon. Car, cela demande une logistique assez importante et surtout ne rien oublier car cela peut faire vite mal. On reçoit 3 sacs différents : un sac pour le vélo (avec casque, chaussures,…), un sac pour la CAP (chaussures, casquette) et un sac pour après la course. Puis aussi ne pas oublier les petits détails, montre cardio, gels, ustensiles pour réparer une crevaison, et puis les indispensables pour retirer son dossard (certificat médical, copie carte d’identité,…). Toute une organisation ! Nouveau boulot oblige, pas possible de prendre congé. Je quitte donc Bruxelles dardar le vendredi à 19H. Direction les Vosges pour 500KM de voiture. J’arrive à l’hôtel, où tous les membres du club roupillent depuis déjà depuis quelques heures, vers 00H30. Je me mets au lit rapidement. 

5H30. Le réveil sonne. La course commence à 9H mais avec les membres du club nous avons décidé de prendre le petit-déjeuner à 6H pour avoir le temps. J’essaye de manger de façon consistante. La journée va être longue. A 7H, je quitte l’hôtel direction le club nautique de Malsaucy. Je vais immédiatement retirer mon dossard. Ensuite, je prépare les différents sacs de transition avant de déposer mon vélo dans le parc à vélos. Les 30min précédant le coup de pistolet, nous sommes rassemblés entre les membres du RCBT, nous prenons des photos, nous nous aidons à fermer les combinaisons,… 

9H, START. Les 600 autres triathlètes, et moi, courrons pour nous élancer dans le lac dans une eau à 21°. Le « tour » consiste en deux boucles d’approximativement 950M indiqués par deux grandes bouées géantes. Pas évident, pas beaucoup de natation depuis le début de l’année, puis première nage dans un lac avec des concurrents (pas évident de se repérer et de prendre les meilleures trajectoires, et beaucoup de coups involontaires). Je sors de l’eau en 38’05’’ à la 478ème place, loin derrière les meilleurs du club (et parmi les meilleurs au global) qui finissent en 26-27MIN. Mais pas catastrophique non plus. Je ne suis pas non plus un GI américain en train de se noyer à Omaha Beach. Allez, le professeur d'unif aurait mis 11/20/ 

Je sors de l’eau un peu fatigué mais surtout en ayant très chaud (eau chaude + combi + 24°, on transpire). Petite transition en 6’09’’ (les chevronnés font cela en 3’) et puis j’enfourche mon vélo. Et là, (seul point positif à être mauvais nageur), j’ai l’impression de littéralement voler. Je rattrape 300 concurrents. Je lance un rapide « come on » aux membres du RCBT que je dépasse. Le parcours est divisé en trois parties : une première partie relativement plate avec quelques côtes, l’ascension du Ballon d’Alsace depuis Sewen (13KM à 5.1% de moyenne dont 4KM à 8%) et enfin un long toboggan de 30KM vers l’arrivée. Je me sens super bien durant tout le parcours, spécialement dans le col et les petites montées. Dans les derniers KM, je ralentis un peu le rythme et mouline un peu plus pour préparer la seconde transition. Vélo bouclé en 2H47’13’’ (102ème place sur le parcours vélo) à une moyenne d’environ 30.7 KM/H sur un parcours de 90KM avec quand même 1300M D+. Jamais roulé aussi vite, aussi longtemps. C’est vraiment tout bon ! 

Dernière transition. Je m’élance pour la CAP : 3 boucles de 6.2KM (avec une côte assez raide) sur des petits sentiers. Je commence beaucoup trop vite. 1er KM en 3’50’’ puis je cours 1-2KM avec Edouard qui a déjà un tour d’avance sur moi (cette course est sa dernière épreuve en guise de préparation à l’Ironman de Francfort dans 5 semaines), mais il est trop fort pour moi. Dans la fin du deuxième tour, je sens que je suis en train de commencer à subir une défaillance (fringale), je décide de m’arrêter 30’’ au poste de ravitaillement pour avaler tout ce qui est possible et boire du Coca-Cola. Je suis repartis. Dernier tour, je finis en boulet de canon, après avoir rattrapé deux membres du club qui avaient des crampes. Rythme moyen de course 4’30’’/KM. 

Je passe la ligne d’arrivée et finit la course en 4H59’15’’ à la 106ème place. Inespéré pour un premier triathlon, sous les 5H ! 

Après, je n’avais jamais vu cela, tous les coureurs se retrouvent dans une énorme tente où on reçoit 20 min de massage gratuit. Puis après, accès à un buffet géant (lui aussi gratuit) avec biscuits, chips, Coca-Cola, bière, spécialités locales,… 

Et après, souper avec le club à l’hôtel, puis direction le centre de Belfort pour aller prendre quelques verres et regarder notamment la deuxième mi-temps de la Champions League. 

Un super WK.